Actualités Politique

5EME CONGRES ORDINAIRE DE LA SADI : Les raison d’un retour à l’hémicycle

 

Par Le Confident

 

5EME CONGRES ORDINAIRE DE LA SADI : Les raison d’un retour à l’hémicycle

Le mardi 02 avril dernier, l’Honorable Dr Oumar Mariko et les membres du parti SADI étaient face à la presse au siège du parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’indépendance (SADI), pour informer l’opinion nationale et internationale sur les recommandations et les résolutions prises au 5ème congrès du parti, qui a eu lieu à Koutiala les 23, 24 et 25 mars dernier.

Dans son exposé luminaire l’Honorable Oumar Mariko a fait croire que le congrès a occasionné la présence de mille deux cent quarante-trois (1243) délégués venus de toutes les régions du Mali et de la Diaspora. D’ajouter qu’à l’ouverture du congrès, que le sujet du retour des députés SADI au sein de l’hémicycle a été profondément débattu par les délégués. Ainsi après plusieurs échanges sur le sujet en toute responsabilité, ils ont procédé au vote à l’issue duquel 828 ont voté pour le retour, 08 contre et 22 abstentions.
Les délégués ayant voté le retour, ont souligné que cela va permettre aux députés SADI de jouer le rôle de veille patriotique qui reste sans action, sans la présence des députés de SADI. Cependant, le congrès a ordonné aux députés de rester serein dans leur mission de souveraineté tout en restant sur leur vocation sans être dans un groupe parlementaire ou occuper un poste à l’Assemblée Nationale.
Aussi, le congrès a exhorté les députés à interpeller les ministres sur toutes les questions d’intérêt national et de voter l’abstention pour toutes les lois que l’Assemblée Nationale aura à recevoir.
En effet, témoigne l’Honorable MARIKO, le congrès du parti SADI a demandé aux députés SADI élus à Koutiala, Kolondiéba et Niono de regagner leurs places à l’Assemblée Nationale afin d’être témoins oculaires du peuple tout en observant les différents agissements. Le congrès a tout de même exhorté les députés SADI à ne manquer aucune occasion pour travailler à la dissolution de l’Assemblée Nationale afin de consacrer l’entière souveraineté au peuple.

Par ailleurs, le congrès a recommandé au bureau politique du parti : l’organisation dans les trois prochains mois, d’un comité central avec comme points: l’adoption du programme politique remanié; la réflexion stratégique sur les questions d’alliance électorales : communales, régionales, législatives et présidentielles; l’élaboration d’un plan stratégique pratique d’auto financement du parti ; la redynamisation des journées de Solidarité avec l’Afrique, l’Amérique latine et les caraïbes.

Une meilleure organisation de la participation du parti à la fête de l’humanité ; le renforcement de la communication interne du parti ; la systématisation de la formation politique et idéologique des militants par le lancement de l’école du parti ; l’instauration du tourisme politique, éducatif et normatif à l’endroit des jeunes et des adolescents ; la poursuite de la structuration du parti en lien avec les luttes sociales et les secteurs socio professionnels ; la prise des cartes de membre du parti par les nouveaux adhérents et le renouvellement des anciennes cartes ; la mise en place des commissions électorales permanentes du parti dans toutes les localités du pays a martelé ont été également au centre du congrès.
En outre, le 5eme congrès exige au gouvernement le démantèlement de toutes les milices et l’établissement de la justice pour toutes les victimes ; la mise en état des forces armées et de sécurité sur le plan moral, matériel et éthique afin qu’elle assure la protection des populations, dit Dr Mariko.
Nonobstant le SADI a condamné la présence de toutes les forces étrangères au Mali et exhorte son bureau politique de poursuivre sa campagne de sensibilisation et d’information du peuple afin de permettre l’évacuation du territoire malien de, notamment la force Barkhane et Minusma.
Enfin, le parti SADI exige aux autorités : la mise à disposition du peuple d’un fichier électoral fiable et intelligible ; la facilitation de l’accès des populations aux cartes électorales, aux cartes d’identité, ainsi que leur rapprochement des électeurs aux centres de vote et aux bureaux de vote.
Daouda Siaka Ballo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *