Mali: AFFAIRE TWEET DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE:La faute impardonnable à Tiegoum

La Priorité « Trump a commis une connerie ». C’est le message étrange que Tiegoum Boubeye Maiga a publié sur le compte tweeter de la présidence de la République et qui aurait conduit à un incident diplomatique. Une faute impardonnable à l’ancien DIRCOM de la même institution. Limogé fin d’année 2019 pour des raisons que l’on ignore jusqu’ici, l’ancien directeur de la communication de la Présidence de la République, non moins petit-frère de l’ancien premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga, se fait parler de lui à peine un mois après son limogeage. En effet,  en début de semaine grande fut la surprise des internautes de découvrir sur le compte tweeter de la présidence de la République du Mali, ce post étrange : « Il ne se trouve personne pour dire à Tromp qu’il  a commis une connerie en ordonnant et en revendiquant publiquement l’assassinat du numéro 2 iranien ,il précarise les fragiles équilibres, menace la paix mondiale et fait des USA un Etat voyou » Dans un premier temps, la présidence de la république avait annoncé que son compte a été piraté. Mais 24 heures après, c’est l’ancien directeur de la communication qui a fait une sortie sur les réseaux sociaux pour démentir cette thèse et annoncer que c’était lui l’auteur du tweet. Ainsi dit son post : « Compte twitter de la présidence : ni pirates, ni hackers, une regrettable erreur de manipulation en voulant twiter sur la crise irano-américaine, je me suis retrouvé sur le compte de la présidence, dont je possédais la clé par erreur. Aucune volonté de nuisance ». En annonçant son erreur de la façon la plus subtile comme une affaire banale, Tiegoum pense blanchir. Peine perdu, le tollé suscité a été grand dans notre pays. Pourquoi TBM a toujours les codes du compte twitter de la présidence ? Comment après le départ de ce dernier, aucun soin de changer les codes n’a pas été pris ? Autant de questions que bon nombre de Maliens se posent, du moment où lors de son renvoi des informations avaient fait le tour des réseaux sociaux faisant état de son jeu en défaveur du Président de la république. Il était même dit que ce monsieur avait créé de faux comptes et faisant fuiter des informations sensibles. Plus ahurissant, M. Tiegoum a réservé un traitement hors normes au président américain, alors que lui, qui a géré la communication de la présidence, ne devrait pas se permettre d’insulter le président d’un pays, de surcroit le président du pays le plus puissant du monde. Tiegoum pouvait éviter cette erreur si l’on sait que l’un de ses prédécesseurs (Sambi Touré) avait été limogé pour un incident similaire. Arrogance après la faute…