Célébration de la Journée internationale de la fille : La participation remarquable de GRADEM

Le Centre international de conférence de Bamako (CICB) a abrité le lundi 11 octobre 2021 la cérémonie commémorative de la journée internationale de la fille sous le thème national « Protection des filles en période de COVID-19 ». Le thème international de la Journée est : « Génération numérique. Notre génération ». A cette cérémonie présidée par le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Wadidiè Founè Coulibaly, la participation du Groupe de recherche Action Droits de l’Enfant Mali (GRADEM) a été remarquable.

 

Le Mali, à l’instar du reste du monde, a célébré le lundi 11 octobre 2021 la Journée internationale de la fille instituée par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution N°66/170 du 19 décembre 2011, afin de reconnaître les droits des filles et les obstacles particuliers auxquels elles se heurtent de par le monde. Le choix du thème national vise à informer et sensibiliser l’opinion publique sur les risques de violences qu’encourent les enfants, singulièrement les adolescentes, en vue d’améliorer les conditions permettant de renforcer l’environnement protecteur des enfants en général et des adolescentes en particulier. Pour l’édition 2021 de la Journée internationale de la fille, le Groupe de recherche Action Droits de l’Enfant Mali (GRADEM) a fait une participation remarquable. En effet, au cours de cette cérémonie, GRADEM a présenté un premier sketch à travers les pionniers de la commune VI, qui traite l’importance de la scolarisation des filles et un deuxième sketch avec des anciennes aide-ménagères.
La porte-parole des aide-ménagères, Djeneba Traoré a interpelé les autorités maliennes sur la formalisation du travail domestique, le respect de l’âge du mariage des enfants et la protection de leurs droits en tant qu’aide-ménagères. « Si notre travail était formalisé, nous allions être à l’abri de beaucoup de problèmes auxquels nous sommes confrontés présentement », affirme-t-elle.
Alassane Samaké, guide pionnier en commune VI de Bamako a indiqué que la protection des enfants surtout des filles doit être une priorité pour les autorités car, souligne-t-il, « une fille, qui est mise dans ses droits, est une fille épanouie et quand elle est épanouie, elle le partage avec les membres de sa famille et même avec tout le monde. Nous demandons aux autorités d’intensifier les campagnes de sensibilisation sur la défense des droits des enfants ».
Selon Marc Diarra, assistant conseil et chef de projet à GRADEM, la présence de GRADEM à cette cérémonie se justifie par la conviction du projet, qui est de faire en sorte que les droits de l’enfant en général et en particulier ceux des filles soient respectés. « GRADEM œuvre pour la défense des droits de l’enfant depuis plus de 10 ans. Nous pensons que la journée internationale de la fille ne pouvait être célébrée sans que GRADEM se fasse entendre parce que c’est une journée de plaidoyer pour nous en faveur de plus d’actions concrètes pour la défense des droits de l’enfant », ajoute-t-il.

A. D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *