Actualités Politique

DEMISSION DU PM RECLAMEE PAR DES DEPUTES: Vers une crise institutionnelle ?

Par Le Débat

 

 

Si la motion de censure évoquée par les députés du RPM venait à se concrétiser, la guerre serait ouverte entre IBK et son parti. Cette discorde aura indubitablement des répercussions au sommet de l’Etat. Une crise institutionnelle est plus que jamais probable.
Le bureau politique national du Rassemblement pour le Mali (RPM) a officiellement donné quitus à ses députés de débarquer le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga de la Primature. Le dépôt de cette motion de censure n’est qu’une question de jour, car le vote de cette motion est probablement prévu pour le jeudi prochain.
Si cette option se confirme, le risque d’un divorce est probable entre IBK et ses partisans. De sources concordantes, le président de la République menacerait de dissoudre l’Assemblée nationale, si elle votait la motion de censure contre son PM. Dans ce cas, la séparation sera consommée entre IBK et ses partisans.
Si le président de la République venait à prendre une telle décision, il s’exposerait à deux choses : il perdrait ses amis de longue date et la majorité à l’Assemblée nationale. Dans cette condition, il serait difficile, voire impossible, d’organiser des élections législatives. Du Coup, le risque d’une crise institutionnelle serait grand.
Quelles que soient les décisions prises, le bras de fer est déjà engagé entre Koulouba et Bagadadji où se trouve l’Assemblée nationale. IBK est plus que jamais esseulé dans cette affaire. Il risquerait d’en être le grand perdant.
Y. Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *