Dr. Fanta Siby, ministre de la Santé et du Développement Social « Le temps est court, les ressources sont limitées ; obtenir des résultats n’est possible que dans un climat social apaisé »

Par L ‘Indicateur du Renouveau

 

Le ministre de la Santé et du Développement social, Dr. Fanta Siby, a rencontré le Syndicat national de la santé, de l’Action sociale et de la Promotion de la Famille (SNS-AS-PF) hier. L’objectif de cette visite était de prendre contact avec le syndicat.
Cette rencontre qui a lieu à la Bourse du Travail de Bamako a été l’occasion pour le ministre de la Santé et du Développement social, Dr. Fanta Siby, et le Syndicat national de la santé de l’Action sociale et de la Promotion de la Famille (SNSASPF) d’exprimer leurs attentes respectives.
Le premier secrétaire général adjoint du SNS-AS-PF, Lamine Aliou Maïga a, au nom de tous ses militants, félicité le ministre Siby pour la confiance des plus hautes autorités placée en elle à travers sa nomination à la tête du département de la Santé et du Développement social. Il a rassuré le ministre Siby de l’accompagnement du bureau national du Syndicat national de la santé, de l’Action sociale et de la Promotion de la Famille. « Votre visite d’aujourd’hui témoigne de l’importance que vous accordez au personnel de la santé de notre pays. Nous voulons travailler avec vous main dans la main. Nous allons défendre les droits des travailleurs en faisant nos devoirs », a-t-il déclaré.
Il a souhaité d’autres rencontres pour discuter des points du mémorandum du SNSASPF.
Le ministre de la Santé et du Développement social, Dr. Fanta Siby a remercié le personnel de la santé pour son engagement à l’amélioration de la santé des populations maliennes surtout en cette période de COVID-19. Selon elle, Il était indispensable pour elle de rencontrer le SNSASPF. « On ne peut être ministre de deux grands secteurs comme la santé et le développement social sans rendre visite au SNS-ASPF. La santé est un sacrifice de par la nature des prestations. Les agents travaillent nuit et jour en donnant le meilleur d’eux-mêmes pour que les gens soient en bonne santé. Le social aussi occupe une place importante dans notre pays. C’est pourquoi, avant d’entamer toute autre action, nous avons souhaité rencontrer le syndicat. C’est un départ, nous reviendrons pour des séances de travail plus approfondies afin de sortir avec des recommandations très pertinentes. Nous allons voir ensemble ce qu’on peut faire dans le contexte actuel. Nous savons qu’il y a une transition, le temps est court, les ressources sont limitées et il faut des résultats et cela n’est possible que dans un climat social apaisé », ajoute-t-elle.

Abdrahamane Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *