Actualités Société Une

EDUCATION : Le CSDM offre des bourses à des jeunes issus de la diaspora

Par l’Indicateur du Renouveau

 

 

Le Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM), a signé, le jeudi 23 janvier 2020, un accord de partenariat avec l’université VITO’ S portant sur l’octroi de bourses d’études à 50 jeunes de la diaspora malienne.

Par cet accord, l’université VITO’S s’engage à accorder une réduction de 50% sur les frais scolaires des 50 jeunes issus de la diaspora malienne, bénéficiaires de bourses gratuites offertes par le Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM). Les 50% restant sont pris en charge par le CSDM. Ces bourses vont de la 9ème année à la licence.
Selon le président directeur général de l’université VITO’S, FoussenyTandina, cet accord de partenariat vise à faciliter aux jeunes issus de la diaspora malienne d’avoir une bonne formation scolaire. « Nous avons voulu à travers ce geste apporter notre contribution dans la formation de ces jeunes de la diaspora qui veulent s’installer au Mali en vue de faciliter leur insertion. Nous avons également une expérience du marché de l’emploi car nous avons plus de 1500 revendeurs de produits Orange Mali », a-t-il déclaré.
Le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne, Mohamed Chérif Haïdara a remercié l’université VITO’ S pour sa bonne volonté à travers la réduction de 50% sur les frais scolaires des bourses. « Nous sommes très heureux de pouvoir offrir ces bourses aux jeunes de la diaspora. Nous avons compris que l’immigration est un phénomène qui continue et qui ne s’arrêtera pas. Avec ces bourses, nous voulons donner une formation de qualité aux jeunes car la richesse d’un pays, c’est la qualité des ressources humaines. Nous nous sommes dit que pour contribuer à lutter contre l’immigration clandestine, il faut donner la possibilité aux jeunes de se former à Bamako pour qu’ils puissent contribuer au développement économique du Mali. Cet accord nous permettra d’orienter les Maliens vivant à l’étranger qui veulent envoyer leurs enfants d’étudier au Mali. Après la formation, ils décideront de partir ou de rester au Mali », a conclu Mohamed Chérif Haidara.

Abdrahamane Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *