Actualités Environnement

FLEUVE NIGER : De graves menaces de disparition mettant en péril la survie de millions de Maliens

Par La Sirène

Le fleuve Niger est le troisième plus long fleuve d’Afrique, avec 4 200 km et un bassin de 2,274 millions de km2. Il traverse le Mali en arrosant quasiment toutes les grandes villes du pays puis se jette dans l’océan Atlantique à plusieurs branches formant un immense delta. L’importance du fleuve est inestimable pour une population malienne essentiellement rurale. Aussi, le fleuve Niger est une inestimable source de vie pour les populations d’Afrique. Au Mali, son bassin fait vivre environ 85% de maliens, selon le Ministère de l’Environnement et de l’Assainissement.
Cependant, extraction de sable et gravier, orpaillage par dragage, bâtiments et champs dans le lit, rejets de déchets industriels et artisanaux, constituent les principales menaces dont fait présentement l’objet le fleuve qui arrose les terres, permettant ainsi l’exercice de nombreuses activités indispensables à l’existence collective. Pire, la plupart des usagers qui contribuent à la dégradation continue du fleuve, n’ont, en effet, aucune formation, ni connaissance requise pour mieux manipuler les produits chimiques utilisés lors de son exploitation.
Les multiples actions citoyennes entreprises par des associations écologiques maliennes, ainsi que les nombreuses formations initiées par les services techniques de l’Etat à l’intention des acteurs locaux concernant la sauvegarde du fleuve, ses ressources et les implications sur la sécurité alimentaire, sont jusque-là restées moins efficaces pour enrayer les diverses menaces qui planent sur lui.
Boubou Oumar Ba, directeur technique de la Coordination Nationale des Usagers des Ressources Naturelles du Fleuve Niger au Mali, a rappelé l’importance ‘capitale’ du fleuve pour les Maliens aussi bien que les ‘lourdes’ menaces qui planent sur son existence. « La plupart des grandes villes du Mali sont situées au bord de ce bien commun et vital. Ses eaux nous servent pour l’agriculture, la pêche, l’élevage, les écosystèmes et le transport. Tous les riverains de ce majestueux cours d’eau, doivent s’inquiéter de sa situation actuelle. Depuis des années, de lourdes menaces planent sur l’existence du fleuve. Ces menaces sont engendrées par de nombreuses activités nuisibles, notamment, le dragage effectué par les orpailleurs et les rejets de déchets industriels et artisanaux », a-t-il dit.
L’impact calamiteux de l’activité illégale des orpailleurs sur les eaux du fleuve Niger
Le Mali est le troisième producteur d’or en Afrique et les 70% des recettes d’exportation nationales proviennent de la production aurifère, selon des statistiques officielles du gouvernement, qui indiquent également qu’environ 500 milles personnes pratiquent l’orpaillage illégal dont une bonne partie s’exerce dans les eaux du fleuve. Malgré les mesures prises par le Gouvernement contre cette économie informelle, son impact continue de mettre en péril la santé écologique du fleuve.
«Au regard de la place qu’occupe le fleuve dans la vie de chaque malien, sa sauvegarde est une question de survie. L’usage actuel que les gens font du fleuve, pose un sérieux problème sanitaire et environnemental et la réplique de l’Etat consiste d’abord à responsabiliser les communautés riveraines face aux dangers auxquels le fleuve est confronté afin que nous puissions le transmettre aux générations futures dans les meilleures conditions possibles», a dit, Aïda M’Bo, ex-Ministre de l’Environnement et de l’Assainissement.
Plusieurs dizaines de Maires dont les Communes sont les plus touchées par la dégradation du fleuve ainsi que des acteurs de la société civile, prennent régulièrement part à des séances de formations basées sur la gravité des menaces qui planent sur le fleuve et les différentes mesures de sauvegarde à imposer aux usagers, selon une source officielle.
Dans certaines communes rurales du Mali traversées par le fleuve, des industries extractives ont installé des équipements de traitement du minerai extrait des eaux et transporté par une pinasse jusque sur la berge. Le minerai est ensuite traité dans un conteneur installé au bord du fleuve et les déchets sont déversés dans l’eau. Le fait que quelques rares parmi ces entreprises minières payent annuellement des taxes compensatoires à l’administration rurale, ne change rien aux énormes effets de dégradation que leurs activités produisent sur l’environnement local, particulièrement, le fleuve. Cependant, les femmes de ces communes, à l’aide de calebasses et de bassines, récupèrent les déchets rejetés dans les eaux du fleuve dans l’espoir d’y trouver des pierres précieuses pour se faire de l’argent.
Mais cela n’est pas le cas partout au Mali. Récemment, dans la région de Koulikoro, une des régions fluviales du pays les plus riches en ressources halieutiques, des groupes de cultivateurs et pêcheurs ont exercé d’énormes pressions sur les autorités locales pour qu’elles chassent les extracteurs miniers dont les activités économiques dans les eaux du fleuve devenaient de plus en plus nuisibles à leur subsistance. L’orpaillage illégal pratiqué par dragage par des centaines de personnes sur le fleuve, rendait ses eaux de plus en plus boueuses et les substances chimiques polluantes utilisées par les orpailleurs, affectaient dangereusement la biodiversité aquatique et aucune mesure officielle n’avait presque jamais été envisagée par les autorités locales pour mettre fin à la souffrance des populations riveraines qui voyaient leur unique source de subsistance voler en éclats.
« La couleur de notre fleuve a complètement changé. C’est presque de la boue maintenant. Les eaux du fleuve ont viré du gris clair à l’ocre à cause de l’intensification des travaux d’orpaillage. Nous avons cessé toute activité de pêche à cause des risques sanitaires. Le mercure et le cyanure anarchiquement utilisés par les orpailleurs, est en train de tuer les poissons et rend les eaux du fleuve impropres à la consommation et à l’irrigation de nos cultures », se plaignait, un habitant de la localité.
L’inefficacité criarde des mesures jusque-là instituées par les pouvoirs publics
Au regard de la dangerosité des menaces qui planent sur le fleuve Niger considéré comme un patrimoine vital partout au Mali, l’Etat a institué des mesures de protection du fleuve, notamment, avec la création de l’Agence du Bassin du Fleuve Niger qui a pour mission de sauvegarder le fleuve et ses affluents sur toute l’étendue du territoire national.
Abdourhamane Touré, Directeur général de l’agence : « Le fleuve Niger ressemble actuellement à un vaste égout collectif et tous les indicateurs sont au rouge. Tous montrent un niveau de dégradation sans précédent et très inquiétant du fleuve. L’augmentation des déchets anthropiques accentue la pression sur le fleuve et sa portion dans la zone de Bamako est celle qui subit le plus de nuisance. Le fleuve devient de moins en moins piscifère à cause de sa pollution et son exploitation qui ne favorisent plus la reproduction et la survie des poissons. On ne peut pas continuer à exploiter et profiter du fleuve et ne pas se soucier de son état.»
Expliquant pourquoi l’agence avait été créée par l’Etat Malien, Touré ajouta, « La décision de créer l’agence découlait de plusieurs constats, surtout le changement climatique et l’ampleur du dragage dans le lit même du fleuve. Cette activité a pour conséquences la destruction de la faune et de la flore, la détérioration de la qualité de l’eau, voire la disparition éventuelle du fleuve ». Il mit également en cause les activités artisanales locales comme la teinture, la tannerie artisanale et le maraîchage dans le lit du fleuve aussi bien que l’occupation administrative, privée et industrielle qui complique la délimitation du fleuve.
Pour contrattaquer tous ces méfaits écologiques, l’agence a initié un programme d’aménagement des berges dégradées et des séances de formations à l’intention des populations riveraines avec pour but de trouver des solutions locales durables mettant un terme au processus de détérioration du fleuve.
Un Conseiller technique du Ministère malien des Mines et du Pétrole, l’activité minière est considérée comme l’une des principales menaces pour le fleuve Niger. « Toutes les sociétés minières, travaillant sur le fleuve, doivent normalement disposer d’une autorisation et d’une étude d’impact environnemental. Cependant, la majorité de ces entreprises effectuant le dragage sur le fleuve, sont dans l’illégalité et cela les expose à des actions correctives prévues par les juridictions nationales en cas d’atteinte à l’équilibre l’environnemental », a-t-il dit.
Plusieurs organisations de la société civile malienne viennent fréquemment en appui aux structures de l’Etat. Des citoyens ayant pris sérieusement conscience du danger, se sont organisés pour protéger le fleuve à travers des actions d’information menées à l’adresse des usagers, notamment, les dragueurs, éleveurs, agriculteurs et teinturières qui versent les déchets de leurs produits nocifs dans le fleuve.
En dépit de toutes ces initiatives, beaucoup reste encore à faire pour protéger le fleuve Niger de plus en plus menacé de disparition et c’est le lieu d’interpeller le nouveau Ministre de l’Environnement, Housseni Amion Guindo, face à une question de survie de millions de maliens. Par conséquent, nous osons espérer que la lutte pour la sauvegarde écologique du fleuve Niger aussi bien que ses ressources vitales, sera au cœur de son action gouvernementale.
Modibo Kane DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *