FORMATION SUR LES DROITS DES ENFANTS : Les participants expriment leur satisfaction

 

Le Groupe de recherche action droits de l’enfant Mali (Gradem) et son partenaire Kira, sur financement du BMZ, ont bouclé le vendredi 18 décembre 2020 l’atelier de formations, qu’ils ont organisé à l’intention de 74 encadreurs/animateurs de 37 groupements d’enfants dont 45 femmes 6 districts de pionniers, 31 espaces d’éducations pour jeunes filles aide-ménagères. Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des initiatives relatives au programme de professionnalisation et de mise en réseau des acteurs de la protection de l’enfance de l’Etat et de la société civile au Mali. A l’issue de cette formation les participants ont exprimé leur satisfaction.

Durant cette formation, les participants ont échangé sur, entre autres, l’initiative et la terminologie du concept droit et devoir de l’enfant et la non-discrimination, le droit de vivre en famille, d’être élevé par ses parents, le droit à l’éducation, le droit à la protection contre les pratiques négatives sociales et culturelles et le droit à la protection contre toutes formes de violence.
La Convention des Nations unies relative aux droits des enfants a été ratifiée par le Mali le 20 septembre 1990. Malgré les progrès réalisés par l’Etat et les organisations de la société civile, les acteurs de la protection des droits de l’enfant dans l’application effective de la CDE/CADBE au Mali, l’harmonisation des textes juridiques et le changement de comportement des communautés pour la création d’un environnement plus protecteur, favorable à la promotion et à la protection de l’enfant en bâtissant une société citoyenne au profit du développement intégré de l’enfant, le chemin à parcourir est encore long et tumultueux dans notre pays, car les encadreurs et les membres des groupements d’enfants et de jeunes à la base manque à présent de connaissances professionnelles en matière de protection des droits de l’enfant.
Le vocabulaire nécessaire pour expliquer les droits des enfants à des tiers en français facile ou dans leur langue maternelle et pour exiger leur protection dans la plupart des cas. C’est dans le but de renforcer en synergie les connaissances et les capacités de mise en œuvre des normes nationales de protection des enfants contre la violence, l’exploitation et les pires formes de travail pour un respect efficace des droits de l’enfant dans ses zones d’intervention du Mali que Gradem a organisé cet atelier.
          Ils ont dit
Aimé Damien Sangaré de l’Association ADEFJ : « La formation m’a permis de comprendre beaucoup de choses que j’ignorai sur les droits des enfants. Par exemple nous ne devons pas donner à l’enfant un nom qui le fait se sentir humilier parmi ces camarades. Avant cette formation, je ne savais pas cela. Les enfants sont l’avenir de notre pays, raison laquelle nous devons les protéger en les mettant dans leurs droits. Je remercie les organisateurs de cet atelier et les exhorte à multiplier ce genre de formation, qui nous permet de renforcer nos capacités sur la protection des enfants ».
Me Diakité Awa Kamissoko, présidente de Lawassa Ton de Djicoroni Para : « Ces trois jours de cet atelier ont été très bénéfiques pour moi sur le plan de la défense des droits des enfants. Après cette formation, j’appelle les parents à écouter davantage leurs enfants parc qu’ils ont un grand à jouer dans l’épanouissement de l’enfant. Les autorités de notre pays aussi doivent tout faire pour que les enfants puissent jouir de tous leurs droits. Merci à Gradem d’avoir organiser cette formation pour nous outiller davantage sur les droits des enfants ».
Oumar Konaté, enseignant à Lafiabougou : « Je me réjouis de l’organisation de cet atelier qui m’a permis d’acquérir beaucoup de connaissances sur les droits des enfants et les devoirs des parents vis-à-vis de leurs enfants. Dans notre pays, beaucoup de personnes mêmes certains intellectuels ignorent les droits des enfants. De ce fait, nous ne pouvons que remercier les initiateurs de cet atelier, qui a été un moment d’échanges fructueux pour tous les participants ».
Mme Diarra Achata Diarra, Association SOLIAM de Bacodjicoroni ACI : « A l’issue cette formation j’ai compris beaucoup de choses notamment que les parents doivent toujours être à l’écoute des enfants. Cette initiative de Gradem est à saluer et à encourager ».

 

Abdrahamane Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *