JOURNEE INTERNATIONALE SANS ARMES, Néma Sagara lance un cri de cœur pour mettre fin à la prolifération des armes

 

Le Mali, à l’instar des autres pays du monde, à travers le Secrétariat Permanent de Lutte contre la Prolifération des Armes Légères et de Petit Calibre,   célèbre chaque année, le 9 juillet, journée commémorative de lutte contre la prolifération des armes. C’est pourquoi, Mme Néma Sagara, Secrétaire Permanent de Lutte contre la Prolifération des armes légères et de Petit Calibre, était, ce vendredi 9 juillet 2021 siège de la structure, face à la presse pour éclairer la lanterne du grand public sur l’utilité de cette journée commémorative et la dangerosité de l’utilisation illicite des armes  dans la vie et sur la vie des uns et des autres. Le secrétariat permanent de lutte contre la prolifération des ALPC au Mali, malgré ses maigres ressources s’engage farouchement et activement pour un « Mali sans armes » car ceci est prescrit dans son plan d’action pluriannuel 2019-2023 élaboré.

De prime abord, Mme Néma Sagara dira qu’il s’agit de la célébration de la Journée Internationale sans Armes, instaurée par les Nations Unies. Selon la conférencière, il est inconcevable et impardonnable de l’utilisation des armes par des civils illicitement. Si ce phénomène est devenu monnaie courante partout dans le monde, notre pays ne fait pas exception à cette règle étant donné que le Sahel est devenu le creuset d’armes ce qui fait du Mali un pays durement touché par le phénomène. Le Mali d’antan, dit-elle, a toujours possédé des armes qui ne présentaient pas de menaces car les détenteurs n’avaient pas d’autres intentions que de faire la chasse. La conférencière Sagara d’ajouter que « depuis bien des années, avec les rébellions successives et à partir de 2011, avec la crise Libyenne et 2012 avec la crise que connaît le Mali, la possession d’armes par les civils, dont les armes de guerre, c’est-à-dire des armes réservées uniquement à nos forces de défense et de sécurité est devenue un phénomène courant avec la prolifération des milices et des groupes d’autodéfense pour se défendre contre les groupes terroristes. » C’est pourquoi, le Secrétariat Permanent entend jouer son rôle régalien  à travers des séances de sensibilisation des communautés sur le danger des armes, l’encadrement des artisans fabricants d’armes, l’appui du gouvernement à disposer d’instruments juridiques pour le contrôle des armes et même la bonne gestion des stocks nationaux d’armes, l’incitation des communautés à se débarrasser volontairement de leurs armes ou à les régulariser par l’obtention de permis de port d’armes.

YAH ZANFING DOUMBIA   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *