Actualités Economie

LANCEMENT DES PROJETS PARIIS-MALI ET PDAZAM: Booster le secteur agricole 

Par La Lettre du Mali 

 

Pour améliorer les conditions de vie des producteurs agricoles au Mali,  deux projets viennent d’être lancés le jeudi 07 mars par le ministre en charge de l’Agriculture Dr Nango Dembélé à l’hôtel Sheraton. Il s’agit du Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel-Mali et le Projet de développement de la productivité et de la diversification agricole dans les zones Arides et SEMI-Arides du Mali

 C’est dans le souci d’aider les ménages et les agriculteurs des zones semi-arides à mieux gérer les risques, à améliorer leur productivité et à faire face à la pauvreté  qu’un double projet (PARIIS-MALI et PDAZAM) vient d’être lancé en vue de permettre aux producteurs agricoles d’accéder à de meilleurs moyens de subsistance et à une meilleure condition de vie. Deux projets à hauteur de plus de 94 millions de dollars destinée aux cinq premières régions du Mali à savoir Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti.

« A travers ces deux projets, nous visons à aller vers l’autosuffisance alimentaire au Mali en apportant un appui de taille aux producteurs agricoles avec un accompagnement à long terme », a déclaré Dr Lamissa Diakité, coordinateur des deux projets.

Pour le ministre de l’Agriculture, Dr Nango Dembélé, le lancement de ces deux projets rentre dans le cadre de la Conférence de Haut Niveau sur la relance de l’irrigation au Sahel tenue précisément le 31 Octobre 2013 à Dakar, où  six (6) États du Sahel à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad ont convenu de combiner leurs efforts pour accroître le rythme et la qualité des investissements dans l’agriculture irriguée dans une approche participative et systémique de résolution des problèmes et de développement de solutions adaptées: « C’est de cette prise de conscience commune qu’est née la déclaration de Dakar qui a retenu comme slogan  » Forger la résilience et accélérer la croissance au Sahel et en Afrique de l’Ouest par la relance de l’agriculture irriguée. L’objectif de cette déclaration est d’augmenter sensiblement les investissements en matière d’hydraulique agricole pour passer de 400.000 hectares à 1 Million d’hectares d’ici 2020, pour un coût total estimé à plus de sept milliards de dollars US. Le projet PARIIS est la concrétisation de cette initiative », a déclaré le ministre lors de la cérémonie d’ouverture. Toujours selon le ministre, le PARIIS de par ses origines, répond aux critères d’intégration régionale et sa mise en œuvre contribuera à la résolution de trois défis régionaux que sont: une utilisation plus efficace et productive des ressources en eau peu abondantes, l’accroissement de la sécurité alimentaire; et le partage des connaissances afin d’améliorer la viabilité et exploiter le potentiel d’augmentation de l’irrigation dans le Sahel. » Il faut noter que le Mali est certainement le pays du sahel qui dispose de plus de potentialités en termes de ressources en eau et en terres avec 65 milliards de m3 d’écoulement annuel moyen d’eau de surface (bassins des fleuves Niger Sénégal et Sourou), 2.500 milliards de m3 d’eau souterraine avec un taux de renouvellement annuel d’environ 60 milliards de m3 et près de 2.200.000 ha de terre apte à l’irrigation » ajoute le ministre de l’agriculture. Selon les responsables des dits projets,    la préoccupation majeure du Gouvernement du Mali est la maîtrise d’eau.

Il faut noter que ces deux projets similaires sont financés d’un côté  par la Banque mondiale à hauteur de 84 millions de dollars et de l’autre par la Coopération espagnole à hauteur de 10 millions d’euros. La durée des projets est de cinq pour PDAZAM et six ans pour PARIIS-MALI.

Amadou Kodio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *