Actualités Santé Une

LE MINISTRE DE LA SANTE A SEGOU : « Il faut que les diabétiques les plus démunis aient accès à l’insuline »

Par L’ Indicateur du Renouveau

 

 

 

Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé a lancé, le jeudi 14 novembre 2019, à Ségou, les activités de la célébration de la Journée mondiale du diabète. Michel Hamala Sidibé a insisté sur l’importance des méthodes de prévention et de l’effectivité de la prise en charge de tous les diabétiques. Cette année, le thème retenu était : « La famille et le diabète ».

Le diabète est une maladie chronique qui affecte aujourd’hui plus de 300 millions de personnes dans le monde et devrait affecter en 2030 environ 500 millions de personnes, en devenant ainsi l’une des principales causes d’invalidité et de décès dans le monde. Il est la cause de 3,8 millions de morts chaque année, soit 10 400 morts par jour et 7 morts par seconde.
Selon la Fédération internationale du diabète (FID), en 2030, la maladie touchera plus de 500 millions de personnes devenant ainsi l’une des principales causes d’invalidité et de décès dans le monde. Entre aujourd’hui et 2030, la prévalence de diabète passera de 6,6 % à 7,8 % de la population mondiale.
En 2030, les pays en voie de développement compteront 76 % des patients souffrant du diabète dans le monde. On estime que le diabète de type 2 est évitable. Pourtant, il convient de noter que la très forte augmentation des facteurs de risque tels que le déséquilibre alimentaire, l’obésité et la sédentarité contribuent à l’accroissement du nombre de cas de diabète dans les pays à faibles revenus ou à revenus intermédiaires.
Le Mali n’échappe pas à ce fléau, puisque le pays compte déjà une prévalence de plus de 5 % de la population soit plusieurs centaines de milliers de personnes atteintes de diabète. Le diabète représente déjà au Mali la première cause d’amputation non traumatique et une des premières causes de cécité.
Dans notre pays, le coût des soins du diabète, le manque de ressources humaines formées pour prendre en charge le nombre accru de malades risqueront d’être des freins importants à la réalisation de l’Objectif du Millénaire sur l’éradication de la pauvreté ainsi que sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Ces données démontrent à suffisance l’ampleur du problème et justifient, pour le Mali, l’adoption d’un plan stratégique intégré de lutte contre les maladies non transmissibles.
Selon le maire de la Commune urbaine de Ségou, Nouhoum Diarra, la célébration de la Journée du diabète est une réelle opportunité à saisir pour informer, sensibiliser les populations et faire des plaidoyers auprès des décideurs afin que le poids du diabète sur la famille soit cerné dans sa juste dimension.
Le président de la Fédération nationale des diabétiques du Mali, El hadj Balla Kouyaté, a remercié le gouvernement pour ses efforts dans la lutte contre le diabète à travers la subvention sur les médicaments antidiabétiques oraux et les insulines.
Il a sollicité le ministre de la Santé et des Affaires sociales pour, entre autres, la création d’un centre de santé bien équipé pour la prise en charge décente du diabète, la mise à la disposition de la Fédération d’un lieu de rassemblement, de concertation et de vivre ensemble pour les diabétiques du Mali, la dotation des centres de santé en moyens de déplacement adéquats pour des cas d’impotences des enfants diabétiques.
Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, a salué la bonne collaboration entre l’Etat et l’ONG Santé Diabète qui, dira-t-il, a permis d’obtenir des acquis importants dans le cadre de la lutte contre le diabète. Il a insisté sur l’importance des méthodes de prévention et de l’effectivité de la prise en charge de tous les diabétiques. « La prévention doit commencer dans nos familles. Avec une meilleure méthode de prévention, on peut éviter le diabète. L’insuline ne doit pas être accessible seulement pour les personnes privilégiées. Nous devons faire en sorte que les diabétiques les plus démunis aient accès à l’insuline », a-t-il conclu.
La cérémonie a été marquée par la remise de lecteurs de glycémie au ministre de la Santé et des Affaires sociales par les entreprises Top Médical et Medequip et l’Association pour le développement, l’inter culturalité et l’épanouissement socio-économique des diabétiques de Ségou. L’Association des enfants diabétiques du Mali a également adressé un message au ministre Michel Hamala Sidibé.
Après la cérémonie, en vue de s’enquérir des conditions de travail, le ministre de Santé et des Affaires sociales, a visité les structures techniques relevant de son département à Ségou. Il s’agit de la direction régionale de la Caisse malienne de sécurité sociale (CMSS), de la direction régionale de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS), de la direction régionale du développement social et de l’économie solidaire (DRDSES) et de la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam).
Abdrahamane Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *