Actualités Politique Sécurité Une

LE NOUVEL AMBASSADEUR DES USA AU MALI « Certains groupes ne veulent pas la paix »

Par L’ arc-en-ciel

« Les Etats-Unis veilleront à l’application de l’Accord pour la paix. Quiconque tentera d’entraver son application sera sanctionné », c’est en substance ce qu’à laissé entendre le nouvel ambassadeur des USA au Mali.

A la faveur de la clôture de l’atelier consacré à la lutte contre les fake News, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Dennis B. Hankins s’est prononcé sur l’accord de paix au Mali, la sécurité dans le Sahel, le soutient aux forces du G5. Cette sortie du nouvel ambassadeur des USA au Mali intervient seulement deux mois après sa prise de fonction au Mali.
Sur l’application de l’accord pour la paix, l’ambassadeur américain s’est montré rassurant quant à la bonne volonté des autorités maliennes et de certaines parties à aller vers la paix. S’est-t-il, félicité des avancées du processus de DDR avec l’intégration prochaine de plus de 1300 combattants des groupes armés dans les Famas.
Pour ceux qui ont juré d’entraver l’application de l’Accord d’Alger, les USA les auront à l’œil et les sanctionneront comme ce fut le cas par le passé. Dors et déjà, les USA ont dans leur viseur des personnes à sanctionner qui torpillent la paix.
Pour lui, les USA espèrent voir l’application des autres étapes de l’Accord, le statut spécial du Nord avec bien sûr à la clé la réforme institutionnelle.
Autre sujet abordé par l’ambassadeur des USA : le refus des Etats Unis de conférer un mandat à la force du G5 Sahel. C’était le 16 mai dernier lors de la réunion du Conseil de sécurité de l’Onu. Ce jour, Johathan Cohen « avait estimé que tout soutien supplémentaire à la Minusma à la force conjointe dans le cadre de l’Accord technique conclu entre l’Onu, la Mission onusienne ne devrait pas avoir des conséquences néfastes sur la Minusma ni menacé indument ses effectifs ». Au même moment, Paris revendiquait un mandat du Conseil de sécurité pour permettre à l’Onu de contribuer au financement multilatéral de la force du G5. « Est t-il nécessaire d’avoir un mandat de l’Onu ? », s’est-interrogé.
Sur le sujet, Johathan et l’ambassadeur Dennis B. Hankins partagent le même avis. Ils estiment que Washington privilégie un soutien bilatéral accordé aux pays du G5 Sahel en lieu et place d’un mandat onusien pour la force du G5. Qu’à cela ne tienne dit-il, son pays reste parmi les plus grands partenaires bilatérales. « Il est mieux de travailler avec chaque pays », a-t-il souligné.
Répondant à ceux qui disent que l’armée américaine malgré la multiplication des actes terroristes, a laissé le terrain aux profits des français, l’ambassadeur Hankins a laissé entendre que son pays est bien présent au Mali à travers ses nombreux soutiens en faveur des FaMas. « Il n’est pas nécessaire d’avoir une compétition entre les puissances par rapport à une situation donnée. La presence française ne veut nullement dire que nous avons laissé le terrain », a affirmé le représentant des USA au Mali ». Il a cependant reconnu que le coup d’Etat de 2012 a contraint les USA a diminué son effectif militaire. Et d’ajouter que les USA à travers la Minusma, débourse 250 millions de dollars par an.
La lutte contre le terrorisme et la drogue qui est une préoccupation des américains a été également évoquée par l’ambassadeur.
Mamadou Sidibé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *