Actualités Education

Livres de CP1 et CP2 truffés de fautes: Ouattara tape du poing sur la table

Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 02 octobre 2019 à 20:30 | mis à jour le 02 octobre 2019 à 20:30

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a ordonné la reprise de l’impression des livres scolaires destinés aux élèves des classes de CP1 et CP2, comportant des fautes dont l’affaire fait grand bruit sur les réseaux sociaux.

Erreurs dans les livres de CP1 et CP2: Les instructions fermes du Président Alassane Ouattara

C’est le ministre Sidi Touré, porte-parole du gouvernement qui a livré l’information ce mercredi 2 octobre 2019 à l’issue du conseil des ministres qui a eu lieu à la présidence de la République au Plateau. Le ministre de la Communication a révélé que le chef de l’Etat Alassane Ouattara a donné des instructions fermes en vue de la reprise complète de l’édition des manuels comportant des erreurs et leur remplacement.

Vous pouvez lire :Rentrée scolaire : Kandia Camara prend de grandes décisions

Cela, a-t-il insisté, devra se faire à la charge totale des Editions NEI-CEDA, éditrice des manuels mis en cause. Le mode opératoire de remplacement de ces manuels, a précisé le porte-parole du gouvernement, est laissé“ à la discrétion du ministre de l’Education nationale”.

La découverte d’erreurs flagrantes dans les manuels scolaires intitulés « Mon cahier quotidien », destinés aux élèves des classes des classes de CP1 et CP2, est très mal appréciée de la communauté éducative ainsi que des parents d’élèves. Les responsabilités de la ministre Kandia Camara et du ministère de l’Education nationale avaient été formellement mises en cause dans les débats sur la toile. Au point de contraindre NEI-CEDA, l’entreprise éditrice, à produire un communiqué dans lequel elle dit assumer l’entière respondabilité de cette grosse bourde.

Vous pourriez aussi aimer :Rentrée scolaire : Kandia Camara en difficulté, ce que risque la ministre

« Les Editions NEI/CEDA reconnaissent et assument leur entière responsabilité dans ce dysfonctionnement consécutif à une mauvaise manipulation de textes et d’images, survenue à des étapes du contrôle et de la validation interne », expliquait la société éditrice non sans blanchir Kandia Camara et son ministère de toute responsabilité relative à ces erreurs. Les Editions NEI/CEDA ont déjà présenté leurs excuses et annoncé l’impression de feuilles d’errata à insérer dans les livres déjà imprimés et encore en librairie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *