Actualités Santé

Lutte contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose Le RMAP+ interpelle les plus hautes autorités !

Par Le Sursaut

 

 

A son siège, le vendredi 4 octobre, la société civile malienne, avec en sa tête le Réseau des Associations de Personnes Vivant avec le VIH (RMAP+), a tenu à plaider auprès des plus hautes autorités afin qu’elles honorent ses engagements au Fonds Mondial de lutte contre le Sida, le Paludisme et la Tuberculose. Cette conférence était animée par la présidente de RMAP+, Mme Djerma Oumou Diarra.
Dans son intervention, Mme Djerma a souligné que cette contribution au Fonds Mondial est par rapport à l’accord d’Abuja de 2001. Dans cet accord, précise-t-elle, tous les pays doivent contribuer à 15% dans le système de santé, cela pas seulement aux trois pathologies citées, notamment le Sida, le paludisme et la tuberculose, mais plutôt dans tout le système de santé en général.
Selon elle, le Mali classé comme pays à risque non négligeable d’infection du VIH, du paludisme et de la tuberculose, ne cesse de fournir des efforts pour l’élimination de ces trois maladies.
« C’est dans cette perspective que les organisations de la société civile du Mali, membres du réseau des défenseurs du Fonds Mondial (GFAN-Afrika) ont récemment plaidé pour que notre pays tienne ses engagements auprès du Fonds Mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose » a-t-elle déclaré.
D’après elle, c’est pour cette raison aussi que les organisations de la société civile du Mali ont tenu une fois de plus à interpeller les plus hautes Autorités du Mali,sur la problématique de la lutte contre ces trois maladies au Mali.
Plus loin, Mme Djerma a rappelé l’importance du Fonds Mondial de lutte contre ces trois pathologies. Dans ce sens, elle dira que la Société Civile malienne a relevé qu’elle est la plus grande contributrice ayant permis une situation moins catastrophique. A elle de signaler que le Fonds Mondial est dans la dynamique de renouveler ses ressources.
Cependant, dit-elle, il revient aux Etats de mettre la main dans la ‘’poche’’ pour favoriser la pérennisation de actions déjà enclenchées par ce fonds dans le cadre de la lutte contre ces trois pathologies.
« D’où l’appel lancé aux autorités maliennes afin que le pays respecte ses engagements pour permettre son plein réapprovisionnement, crucial pour sauver des millions de vies supplémentaires et mettre le monde sur la voie de l’élimination de ces trois maladies évitables. Nous en appelons donc solennellement au président Ibrahim Boubacar Keita à apporter le concours financier du Mali à cette cause dans l’élan de son leadership en matière de mobilisation des ressources » a sollicité la présidente de RMAP+.
En plus, elle a souligné que les organisations de la société civile ont sollicité l’intervention du Chef de l’Etat pour permettre une participation du Mali à la conférence ad hoc qui se tiendra le 10 Octobre à l’initiative du Président français, Emmanuel Macron.

Par Mariam SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *