Mohamed Chérif Haidara : « Il n’y a pas de division au CSDM »

Par L’ Indicateur du Renouveau

Malgré l’existence d’un nouveau bureau parallèle, dirigé par un certain Baidy Dramé, qui réclame également la légalité et la légitimité, avec un nouveau siège, l’autre président du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM), Mohamed Chérif Haïdara, estime qu’il n’y a pas de division au sein du CSDM. C’était à la faveur d’une conférence de presse, qu’il a animée, le mardi 1er juin 2021, pour donner des explications sur la situation de sa structure.

D’entrée de jeu, le conférencier a condamné « les attaques dont il fait l’objet sur les réseaux sociaux, de la part d’un certain Baïdy Dramé et de ses complices ».
Selon Mohamed Chérif Haidara, Baïdy Dramé a été éjecté du bureau du CSDM France par une assemblée générale extraordinaire en bonne et due forme, le 22 septembre 2019, pour des raisons disciplinaire et statutaire.
« Depuis lors, M. Dramé n’a plus le droit d’agir au nom du CSDM. Cela justifie que ses agissements contre moi qui suis le président légitimement élu. A la grande surprise de tous, M. Baïdy Dramé était en train d’associer les activités du CSDM à des activités politiques de la section d’un parti en décomposition en France en considérant les membres du CSDM comme des militants dudit parti politique ».
Aussi, explique Mohamed Chérif Haïdara, « Il n’y a pas de problème au sein du CSDM. Pour nous, il n’y a pas de division au CSDM puisque Baïdy ne fait plus partie de notre structure. Tout ce qu’il dit n’engage pas le CSDM. Il m’accuse d’avoir falsifié le récépissé du CSDM. C’est un mensonge. Le premier récépissé était au nom de Lamine Touré. Le jour où Lamine Touré a démissionné. C’est Cheick Sadio Diakité qui est allé prendre sa lettre de démission ». Avant d’ajouter : « Je n’ai jamais falsifié le récépissé du CSDM. Après mon élection à la tête du CSDM, nous avons adressé une lettre au ministère de l’Administration territoriale, qui a vérifié si l’élection a été faite dans le respect de nos textes. Après le ministère a accepté que le récépissé soit mis à mon nom. L’ancien et le nouveau récépissé ont tous été signés par la même personne au ministère de l’Administration territoriale ».

Par ailleurs, souligne Mohamed Chérif Haïdara, « la justice française n’a pas donné le logo du CSDM à Baïdy Dramé. La procédure judiciaire continue au niveau de la Cour d’appel de Paris ».
A. Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *