Mohamed Chérif Haidara, président du CSDM : « C’est le devoir de tous les Maliens d’accompagner le CNSP »

Par L’ Indicateur du Renouveau

 

En vue d’échanger sur les préparatifs des assises sur le format de la transition, le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) a reçu hier lundi 31 août à Kati une délégation du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM) conduite par son président, Mohamed Chérif Haidara.
Conformément aux exigences de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) de mettre en place une transition politique au Mali après la démission de l’ancien président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, le mardi 18 août 2020, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) poursuit ses concertations avec les forces vives de la Nation. Hier, c’était le tour du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM) d’être reçu par les militaires basés dans le camp Soundiata Keita de Kati. Les échanges entre les deux parties ont essentiellement porté sur le format de la future transition.
Le président du CSDM, Mohamed Chérif Haidara, a rassuré le CNSP de l’accompagnement de la diaspora pour la mise en place d’une transition politique. « Nous avons trouvé des officiers qui sont soucieux de l’avenir du Mali. Ils nous ont fait savoir qu’ils veulent échanger avec toutes les couches du Mali y compris la diaspora. Ils aimeraient que la diaspora leurs dise comment elle voit l’organisation de la transition. Vu la place et l’engagement du CSDM au sein de la diaspora malienne en particulier et en général pour le Mali, ils ont souhaité que nous fassions des propositions. Nous allons venir avec des propositions concrètes parce que nous voulons un Mali avec des institutions fortes. Il ne faut pas qu’on se précipite pour se retrouver dans quelques années avec les mêmes résultats… Nous ne souhaitons pas un coup d’Etat, nous sommes des républicains. Mais il faut se dire que quand la solution n’existe pas politiquement il faut la chercher ailleurs. Il faut saluer nos militaires du CNSP qui ont fait ce coup d’état sans effusion de sang. Aujourd’hui, c’est le devoir de tous les Maliens d’accompagner le CNSP. On aura la chance de mettre en place une transition dans laquelle tout le monde va se reconnaitre afin qu’on bâtisse un Mali indivisible émergent et laïc. Nous remercions l’imam Mahmoud Dicko et le M5-RFP pour ce combat qu’ils ont mené pour le changement », a-t-il déclaré.
Abdrahamane Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *