PERFORMANCE : L’Hôpital de Sikasso classé 1er des hôpitaux pour la deuxième fois consécutive

 

Par L’ Indicateur du Renouveau

 

Le ministre de la Santé et du Développement social, Dr. Fanta Siby, a présidé, hier 21 décembre, la cérémonie de remise des prix de la Journée de restitution des résultats de l’évaluation de la performance des hôpitaux. Et c’est l’hôpital de Sikasso qui remporte le trophée Ciwara, 1ère place, de cette 2è édition 2019, après son premier sacre en 2018.

Organisée par l’Agence nationale d’évaluation des hôpitaux (Aneh), la 2è édition de la Journée de restitution des résultats de l’évaluation de la performance a révélé le nom trois meilleurs hôpitaux du Mali.

L’objectif, selon le directeur de l’Aneh, le colonel-major Karim Camara, est d’améliorer les résultats des hôpitaux et d’accroître leur performance dans le but de répondre aux aspirations des usagers.
« Cet exercice a pour objectif d’améliorer les résultats des hôpitaux en termes de prise en charge, d’accroître leur performance et faire en sorte que l’offre de la qualité de soins soit à la hauteur. Il ne s’agit point d’un concours. Il permettra aux hôpitaux de se surpasser pour le bien-être des patients », a précisé le colonel-major Karim Camara, Dr. Karim Camara, directeur général de l’Aneh.
A l’issue des travaux, l’hôpital de Sikasso, s’est hissé en tête du peloton avec 101 points sur 135 points évalués devant l’hôpital Mère-Enfant Le Luxembourg avec 81 points sur 135. L’hôpital de Kati occupe la 3è place de ce classement avec 180 points.
En plus de la remise des diplômes de reconnaissance, des ordinateurs et du matériel sanitaire ont été offerts aux trois premiers. Le directeur de l’hôpital de Sikasso, Dr. Dadé Haïdara a reçu un trophée Ciwara des mains du ministre de la Santé et du Développement social, Dr. Fanta Siby.
« Nous n’avons pas de secret particulier, seulement c’est la persévérance, chaque fois après l’autoévaluation, il y a des recommandations qui sont mises sur la table. Donc, nous essayons chaque fois de mettre en place ces recommandations pour pouvoir combler les insuffisances. C’est le seul crédo qui nous a permis d’être là aujourd’hui, et nous comptons y rester », a indiqué Dr. Dadé Haïdara.
Le ministre de la Santé et du Développement social, tout en se réjouissant des résultats obtenus au terme de cette édition, a appelé les hôpitaux à plus d’abnégation pour que les résultats de la 3e édition soient encore meilleurs. « Je félicite tous les participants à cette journée et j’espère que les résultats de la prochaine édition seront encore meilleurs », a indiqué Dr. Fanta Siby.
Pour le ministre Siby, l’amélioration de la santé des populations de notre pays est une préoccupation permanente du président de la Transition, du vice-président et du Premier ministre.
A l’en croire, cette préoccupation s’est manifestée à travers plusieurs actions, entre autres, la mise en place d’un dispositif d’amélioration de la performance des hôpitaux depuis 2006, à travers un contrat de performance auquel tous les établissements publics hospitaliers et l’hôpital Mère-Enfant ont souscrit.
Les hôpitaux publics de la capitale notamment l’Hôpital du Mali occupent la 5e place avec 67 derrière l’hôpital de Kayes, l’hôpital Gabriel Touré et Point G, occupent respectivement avant-dernier et dernier du classement 2019.
Il faut noter que les critères d’évaluation des hôpitaux reposaient sur des indicateurs choisis de commun accord avec les hôpitaux évalués. Ces indicateurs étaient au nombre de 17, répartis en deux groupes ; à savoir : indicateurs généraux et spécifiques. Il existe 13 indicateurs généraux communs à l’ensemble des hôpitaux et 4 indicateurs spécifiques en fonction de la vocation de l’hôpital. Ils ont été présentés, à travers une série de projections par la directrice adjointe de l’Aneh, Dr. Oumou Diakité Daou et M. Dembélé.
Les indicateurs généraux étaient, entre autres, le nombre moyen des journées de rupture des 40 MEG et consommables traceurs, le nombre moyen des journées d’immobilisation des 10 équipements clés, le taux de satisfaction des usagers, le taux de recouvrement des recettes, le taux de dossiers trouvables à partir du bureau des entrées par numéro unique, le taux de conformité des dossiers médicaux.
S’y ajoutent le taux de conformité de la gestion des déchets hospitaliers, le taux de conformité du dispositif de prise en charge des urgences, le taux de réalisation de staff clinique mensuel par an à l’échelle hôpital, la proportion de protocole de recherche mise en œuvre par an, le taux moyen de disponibilité de dix examens biomédicaux, taux moyen de fonctionnalité des organes d’administration et de gestion (CA, CD, CME, CSIO, CTHS et CTE), la capacité d’autofinancement de l’EPH

Balla Soumaïla Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *