Actualités Sécurité Une

PRETENDU MASSACRE A LANFIERA (COMMUNE RURALE DE OUENKORO): Qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

Par La Mutation

 

 

Le 1er août dernier une affaire de bœufs a tourné au drame avec la mort des voleurs au nombre de sept (7) et les propriétaires des bœufs au nombre de quatre (4) dans le village de Lanfiéra dans la commune rurale de Ouenkoro. Dès l’annonce de cette triste nouvelle, les réseaux sociaux en ont aussitôt fait leurs choux gras en se donnant à cœur joie en faisant croire qu’un nouveau massacre vient de se produire avec son lot de commentaires incongrus et absurdes.
En effet tout est parti lorsque des voleurs au nombre de sept (7) personnes ont emporté des bœufs du village. C’est ainsi qu’ils seront poursuivis par les propriétaires de ces animaux volés et froidement abattus. Mais hélas pour les bourreaux de ces voleurs, ils seront interceptés par les FAMAS basés à Ouenkoro. Au lieu d’obtempérer aux somations des militaires, les propriétaires des bœufs au nombre de quatre (4) ont tenté de fuir et ont été abattus à leur tour. Pour ceux qui ne le savent pas Lanfiéra est un village frontalier avec le village burkinabè du nom de Kombori et situé à 20 kilomètres de Ouenkoro. En tout cas depuis l’arrivée des FAMAS à Ouenkoro, les paisibles populations se sentent en sécurité depuis la psychose des attaques perpétrées à Saran, Bidi et Sankoro au début du mois de juillet dernier. Notons que bien avant la dégradation sécuritaire dans le centre du pays, on assiste couramment à ces vols de bœufs dans la zone. C’est dire que la mort de ces 11 personnes est loin d’être un massacre contrairement à ce que les réseaux sociaux de Bamako veulent faire croire aux autres maliens. Mais à y voir de près, c’est une façon de ternir l’image du Premier ministre Dr Boubou Cissé qui est en train de réussir là où certains ont lamentablement échoué à faire revenir la stabilité et la paix dans le centre du pays et plus précisément dans Le Senno.
Sadou Bocoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *