Actualités Société

RESSSOURCES GENEREES DE LA REDEVANCE ET DE LA LETTRE DE VOITURE DU CMTR Pourquoi Malick Boubou Diallo doit retourner encore en prison ?

Par La Mutation

 

 

En accusant le président Youssouf Traoré et les membres consulaires affiliés du conseil malien des transporteurs routiers, une structure créée par l’Etat malien le 3 juillet 2004 pour faire face au désordre ambiant du transport routier malien et de l’inorganisation totale des acteurs de ce secteur très important, de générer plus de 40 milliards par an sur le dos des transporteurs, Malick Boubou Diallo sous le couvert d’une fantomatique association se réclamant au nom des transporteurs, doit en principe une fois de plus retourner en prison dans un Etat sérieux.
En effet cet ancien pensionnaire de la prison centrale de Ségou (et non Bamako contrairement à ce que nous avions publié la semaine dernière) avait d’abord accusé sans preuve valable le président Youssouf et les 376 membres consulaires de générer plus de 40 milliards de francs CFA au détriment des transporteurs alors qu’il continue de vendre des tickets aux transporteurs sous le couvert d’une fantomatique association se réclamant au nom des transporteurs. Pourtant conformément aux textes régissant le conseil malien des transporteurs routiers, Monsieur Diallo ne remplit plus les critères pour être appelé transporteur car ne possédant aucun véhicule. Pour cela il faudrait être à jour des patentes des trois dernières années. N’ayant pas digéré cette perte de qualité de titre de transporteur l’homme et son titre de membre du bureau du conseil en 2013n Malick Boubou Diallo crée une fantomatique association se réclamant au nom des transporteurs en vue de concurrencer le CMTR, une structure créée par l’Etat malien le 3 juillet 2004 pour faire face au désordre ambiant du transport routier malien et de l’inorganisation totale des acteurs de ce secteur très important. C’est dire que le fondement juridique des ressources générées par la redevance pour l’émission de la lettre de voiture ne fait aucun doute en témoigne l’arrêté interministériel No 10-0263/MET-MEF-MIIC-SG du 03 février 2010 a fixé les modalités de gestion des ressources générées par la redevance pour l’émission de lettre de voiture. Et les prix fixés sont de2500 FCFA à l’international et 1000 FCFA sur le plan national pour les transporteurs affiliés au CMTR contrairement aux hallucinations de cet ancien pensionnaire de la prison centrale de Ségou. Et ces montants sont versés au trésor public dans un compte ouvert par le ministère de l’Economie et des Finances. Quant au prix des tickets, il s’élève à 10 000 FCFA à l’international et 5 000 FCFA sur le plan national pour les véhicules chargés et versés dans un compte autorisé par le ministère de l’Economie et des Finances et de surcroit assure la présidence du comité de gestion de ces fonds. Le comble de son mensonge c’est lorsqu’il affirme devant les journalistes que les fonds issus de la vente de ces tickets et de la lettre de voiture son vendus à 25 000 francs CFA et directement gérés par Youssouf Traoré et son bureau alors que c’est son fantomatique association et ses membres qui vendent les tickets à 15 000 FCFA à 20 000 FCFA dont ces fonds ne sont pas versés au trésor plutôt dans leurs propres comptes. Et la question qui se pose quel est le fondement légal qui autorise son association à vendre les tickets ? Bénéficie-t-il donc une complicité au sein de l’administration malienne en continuant à vendre ces tickets sans être inquiété ? En tout cas pour bon nombre observateurs avertis du monde des transporteurs, la place de Malick Boubou Diallo et de sa bande doivent aujourd’hui méditer leur sort dans une prison centrale.

Sadou Bocoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *