Sensibilisation sur l’importance de l’acte de naissance : GRADEM joue sa partition à Fadjiguila

Le groupement des pionniers de la commune 1 du district de Bamako a organisé le 16 mai 2021 une sortie pédagogique à l’école publique de Fadjiguila sur le thème : « Le droit à un nom, un prénom et une nationalité ». C’était avec l’appui du Groupe de recherche action droits de l’enfant Mali (GRADEM) et ses partenaires Kinderrechte et BMz.

 

 

Cette sortie pédagogique s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau projet intitulé « professionnalisation et mise en réseau des acteurs de la protection de l’enfance de l’Etat et de la société civile au Mali » de GRADEM dans les six communes du district de Bamako avec son partenaire financier l’ONG internationale Kinderrechte Afrika e.v. Elle vise à informer et à sensibiliser sur l’importance de l’acte de naissance dans la vie de l’enfant. La cérémonie a été marquée par la présentation d’un sketch par les enfants sur l’importance d’un acte de naissance dans le développement holistique de l’enfant et les conséquences sur un enfant qui n’en dispose pas.
Le chef de quartier de Fadjiguila, Abdallah Diarra et le directeur d’école dudit quartier ont tous les deux salué GRADEM pour son initiative. « Ce projet contribuera à la protection des enfants dans notre pays car l’acte de naissance est important dans la vie d’un enfant », a déclaré Abdallah Diarra.
Le commissaire pionnier de la commune 1, Modibo Bamba s’est réjoui de l’organisation de cette sortie pédagogique. « Je suis très émus de cette activité de plaidoyer faite par les enfants eux-mêmes. Cela est salutaire. Les Maliens d’aujourd’hui ont impérativement besoin de ce genre d’activité pour être des citoyens responsables, à la veille de l’indépendance c’était ce genre d’enseignement qu’on donnait aux enfants à l’école dans les communautés et dans les familles. Aujourd’hui nos enfants ont perdu tous les repères moraux. Comment y revenir ? Voilà le chemin qu’il faut prendre pour y arriver en s’impliquant et soutenant ce projet corps et âme. Nous remercions GRADEM et son partenaire, nous adhérons à l’esprit du projet », a-t-il affirmé.
Selon le représentant de la mairie de la commune 1, « il ne s’agit pas d’avoir seulement un acte de naissance, il faut que toutes les informations soient bien écrites sans erreur, car une erreur sur un acte de naissance peut poser des problèmes à l’enfant plus tard. Nous nous engageons à faire des jugements supplétifs pour tous les enfants, qui n’ont pas d’acte de naissance. Nous réaffirmons notre soutien à ce projet, qui doit être continuel pour un changement de comportement et de mentalité dans notre pays ».
A D

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *