Actualités Economie Sécurité

TERRORISME/DELINQUANCE ECONOMIQUE ET FINANCIERE: Le CSS engage les acteurs de la sécurité et judiciaires à lutter contre le phénomène

Par Soleil Hebdo

 

Dans le souci de coordonner les actions visant à lutter définitivement contre le terrorisme dans les pays membres du G 5 Sahel, le Collège sahélien de sécurité (CSS) et ses partenaires ont organisé une session de formation à Bamako.
Le terrorisme est une préoccupation majeure dans les pays membres du G5 Sahel, notamment le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Tchad et le Niger. En vue d’éradiquer le phénomène, le CSS a tenu une formation sur la délinquance économique et financière. Elle a permis à une vingtaine d’agents des forces de sécurité intérieure et d’autorités judiciaires des pays membres du G 5 Sahel de se pencher sur les démarches visant à coordonner les stratégies de lutte contre le crime organisé. Selon les formateurs, la délinquance économique et financière fait partie aujourd’hui des sources de financement du phénomène du terrorisme dans les pays membres du G 5 Sahel. « De nos jours, le constat se fait à la connexion entre le phénomène de délinquance économique et financière dans les trafics de drogues, de cigarettes, d’armes, légères et de petits calibres. Ces éléments constituent le fonctionnement des sources de financement des groupes terroristes. C’est pourquoi durant 5 jours, nous avons travaillé sur ces aspects », déclare Alain Sevilla, expert en sécurité, ajoutant que la délinquance économique et financière est un ensemble de typologie d’infractions.
Pour lui, la formation s’inscrit dans le cadre d’une reconstruction économique et sociale de l’espace du G 5 Sahel dans le but de donner au peuple la paix, la sécurité, la stabilité, la démocratie et la prospérité. « Cela est une approche résolument inclusive et multidimensionnelle. Ici, nous avons travaillé sur les outils de détection d’enquête et d’instruction, les formes très particulières de criminalité qui revêtent des aspects multiples et qui nourrissent d’autres phénomènes tels que la corruption ou les trafics illicites en tous genres…»
Abdoulaye Haïdara, participant, a indiqué que cinq notions ont été particulièrement importantes dans cette formation. « Sur ces notions, nous pouvons retenir d’abord de comprendre le phénomène de la criminalité financière, la maîtrise de méthodologie d’investigation priorisant le volet financier des enquêtes de droit commun, maîtrise du processus d’enquête patrimoniale, cerner les nouveaux modes de paiement en ligne ou sur internet les crypto-monnaies, les aspects de la comptabilité et l’initiation au concept de saisie des avoirs criminels ».
Le point focal du G 5 Sahel, Chérif Hamidou Ba, a souligné l’aspect que les connaissances assimilées au cours de la formation soient des repères pour la gestion des flux financiers, le renforcement de la sécurité dans les zones transfrontalières et la lutte contre la criminalité organisée. « En acceptant de participer, vous avez l’obligation de servir les intérêts des pays du G 5 Sahel ».
Zan Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *