Actualités Education

Un enseignant démonte le ministre de l’Education nationale, Abinou Témé

 

 

 

 

 

Par Phenixinfo 

Petite analyse du cirque de M. Tèmè à L’ORTM :
Dans son intervention il dit que l’application du *décret N•2016-001 portant primes et indemnités de missions et de déplacement* ne devait faire objet de point de revendication car elle est déjà en vigueur. Mais ce qu’il oublie eux-mêmes lors des négociations avaient dit qu’ils n’étaient pas au courant que les enseignants n’en bénéficiaient pas et on continue de nous sucer jusqu’à nos moelles épinières en nous donnant *4.000f* au lieu de *20.000f* par jour. Concernant la prime de logement il dit que cette prime nous l’avons déjà à travers le décret *2014-837*. Une fois de plus je lui rappelle que tous les fonctionnaires du MALI bénéficient à travers ce décret une indemnité de résidence qui est de *20.000f/A, 10.000F/B2; 7500F/B1 et 5000f/C* . Qu’il prend un dictionnaire il verra ainsi la différence entre une indemnité et une prime. Il a fait également la comparaison entre le Mali et le Burkina Faso,la Côte d’ivoire et le Niger où les élèves payent des frais de participation aux examens mais par Malhonnêteté intellectuelle il n’a pas fait de comparaison entre ces pays et le Mali en matière de salaire, de prime, etc. Pour une petite comparaison un enseignant de catégorie B2 gagne *390.000fcfa* en Côte d’ivoire comme débutant avec une prime de logement de *40.000f* qui vient juste d’être revue à la hausse suite à leur grève qui vient de se terminer il y’a deux semaines. Et pour l’accès des fonctionnaires des collectivités territoriales dans les services centraux de l’État il parle des dispositions de l’article *49* de la *LOI N•2018-035* dans lequel on parle d’une mise à disposition qui n’excède pas *3 ans* et renouvelable qu’une seule fois. Nous disons une fois de plus à mon cher ministre d’arrêter de berner la population et que ce dont nous demandons n’est autre chose que la justice entre les enseignants du même niveau d’études.
*En conclusion nous disons à notre collègue TÈMÈ de faire attention car il a à faire à des intellectuels donc son intervention n’est que peine perdue. C’est juste la peur du sit-in prévu demain à 14h devant son fameux ministère qui l’inquiète et lui fait mentir*. Affaire à suivre… BERTHE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *