Edito

Un seul mot, un soupir, un regard nous trahit

Nous sommes comme au fond d’un trou punis par les fautes de nos dirigeants, leurs incohérences, leur petitesse leur soumission aveugle, leur voracité, leur goinfrerie, leur goût pour la facilité, leur propension à accepter la médiocrité, à tolérer le mensonge et à ne pas s’insurger contre l’injustice. La classe politique dirigeante actuelle a vraiment estropié ce pays. Il est temps de s’exclamer avec fracas du train où vont les choses. Beaucoup de morts, énormément de morts, abondamment de morts, outrageusement de morts, trop de morts… Dans quel pachalik sommes-nous? Le plus grand malfaiteur est celui qui trahit son pays(proverbe latin).
Ousmane Mohamed, LE POING

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *