Actualités Environnement

« VENDREDI POUR LE FUTUR » : Mali-Folkcenter mobilise les jeunes en faveur du climat

 

En vue de soutenir le mouvement mondial « Vendredi pour le futur » (mouvement de la jeunesse pour le climat), Mali-Folkcenter, en collaboration avec les associations environnementales de jeune au Mali, a organisé, le vendredi 27 septembre 2019, au Mémorial Modibo Kéita, une causerie-débat dans le cadre de son initiative citoyenne  Nyetaa Baro. Le thème de cette causerie-débat était « Climat et énergies renouvelables ».

Il s’agissait pour Mali-Folkcenter et les associations environnementales de jeunes Maliens, à travers cette causerie-débat, de mettre l’accent non seulement sur les causes et les conséquences du réchauffement climatique, mais aussi sur les solutions et les opportunités qu’offrent les énergies renouvelables.

Durant cet espace d’échange, qui a rassemblé plusieurs jeunes et des spécialistes au niveau étatique et de la société civile malienne, les débats ont porté sur les problèmes environnementaux que rencontre présentement l’humanité. Selon Dr. Ibrahim Togola, président de Mali-Folkcenter, l’évolution de l’humanité a causé des dégâts sur l’environnement. « Notre mode de vie a des impacts sur l’environnement. Pour qu’on puisse vivre, il nous faut un environnement propice », a-t-il déclaré.

Il a incité la jeunesse malienne à interpeller les décideurs politiques pour une transition vers les énergies renouvelables avant d’ajouter que le changement climatique et les énergies renouvelables doivent être introduits dans les programmes scolaires car, dira-t-il, les jeunes du Mali doivent avoir des outils nécessaires pour être au rendez-vous de la transition énergétique.

Ibrahim Diarra, l’un des négociateurs maliens à la Conférence des parties (Cop) à la Convention des Nations unies sur le climat a attiré l’attention de la jeunesse malienne sur l’augmentation de la température (plus 0,7 %) et la diminution de la pluviométrie (-20 %) dans notre pays à cause du changement climatique. A ses dires, la forte implication des jeunes et des femmes de notre pays représente l’urgence dans la lutte contre le changement climatique.

  1. Diarra a exhorté les jeunes du Mali à développer des projets bancables dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique. Concernant le financement de la lutte contre le changement climatique, il a laissé entendre que sur les 100 milliards de dollars promis par les grandes puissances, lors de la Cop-21 à Paris en 2015, seuls 10 à 15 milliards ont été mobilisés.

La causerie-débat a pris fin par une déclaration des associations environnementales de jeunes du Mali qui ont demandé aux dirigeants de notre pays de réfléchir sérieusement et de prendre leurs responsabilités afin de mener les actions concrètes qui contribuent à l’atténuation des effets du changement climatique sur la population malienne en général, sur les jeunes en particulier.

Ils ont incité les autorités maliennes et leurs partenaires à créer des cadres de formation, d’éducation et d’informations qui cadrent à la réalité actuelle ; souhaité que chaque initiative et chaque investissement contribue à la résilience des Maliens ; demandé que le gouvernement du Mali considère la production d’énergies renouvelables comme une priorité ; souhaité que le Mali devienne autosuffisant dans la production d’énergie : en utilisant les sources d’énergies renouvelables.

Source l’Indicateur du Renouveau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *