Acheminement des médicaments vers Gao et Kidal : Le CICR appuie le ministère de la Santé

Sur demande du ministère de la Santé et du Développement social, le Comité International de la Croix Rouge (CICR) est en train de fournir un appui logistique pour le transport de médicaments du ministère vers les régions de Gao et de Kidal, indique la délégation du CICR au Mali dans un communiqué signé par son chef, Antoine Grand et publié hier 30 août 2022.

Selon le document, le CICR apporte ainsi une assistance logistique à travers la mise à la disposition de son avion pour acheminer des médicaments du ministère de la Santé et du Développement social destinés à être livrés aux pharmacies et centres de santé. « Une première livraison de 500 kg sera acheminée ce vendredi 02 septembre 2022 pour Gao. Récemment, le CICR a aussi livré 500kg de médicaments à Kidal. D’autres vols seront organisés dans les prochaines semaines pour soutenir le Ministère de la Santé dans ses efforts d’acheminement de ces médicaments vers les populations qui en ont besoin. Ce soutien logistique ad hoc est distinct de l’appui régulier que fournit le CICR à 3 hôpitaux et 25 centres de santé communautaire à travers le pays », précise le chef de la délégation du CICR au Mali qui ajoute que « le manque de médicaments et de matériels médicaux met à très rude épreuve le système de santé et le personnel médical dans ces régions. Nous demeurons toujours prêts à soutenir le ministère de la Santé et les structures sanitaires du Mali dans leurs efforts pour venir en aide aux populations ».
Dans le communique, Antoine Grand explique également que le CICR est une institution humanitaire, neutre et impartiale dont la mission est de protéger et d’assister les personnes affectées par le conflit et autres situations de violence au Mali et partout au monde. « Depuis plusieurs années, nous soutenons les hôpitaux de Gao, Mopti, le centre santé de référence de Kidal en plus de 25 centres de santé communautaire dans les régions du nord et du centre dans la prise en charge des blessés de guerre, des urgences, la formation et la fourniture de médicaments et de matériel médical. L’accès aux soins de santé, de même qu’aux structures et services médicaux, doit être garanti sans discrimination et sans aucune limitation », affirme-t-il.

A D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *