Ecole de formation en Santé : Le MESRS interdit 8 établissements privés

Dans un communiqué en date du 30 aout 2022, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique annonce l’interdiction jusqu’à nouvel ordre de 8 établissements privés de toute activité de formation dans le cycle supérieur de la santé.

« A l’occasion de la session de juillet 2022 des examens de fin de cycle des établissements privés de santé, il a été décelé des irrégularités de plusieurs ordres qui appellent à une application des dispositions réglementaires en vigueur au Mali.
En effet, après vérification, il se trouve que huit établissements privés de santé exercent sans autorisation de création, ni d’ouverture pour des formations du niveau supérieur », révèle le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans son communiqué.
« En conséquence, et suivant les dispositions de la Loi N °2012-013 / P-RM du 24 février 2012 relative aux établissements privés d’enseignement en République du Mali, les établissements dont les noms suivent, sont interdits jusqu’à nouvel ordre, de toute activité de formation dans le cycle supérieur de la santé. Il s’agit de : l’ Institut National de Formation en Sciences de la Santé -Croix Rouge Malienne (INFSS-CRM) ; l’Ecole de Santé Kala de Baguinéda (ESKB) ; l’Ecole de Santé Ba Aminata Doucouré (ESBAD) ; l’Ecole de Formation des Agents de Santé (EFAS) ; l’Ecole de Santé Bakary Diakité (ESBAK) ; l’Ecole Privée de Santé de Fana (EPSF) ; l’Ecole de Santé Mariam DIARRA (ESMD) ; l’Ecole Privée de Santé – Univers Santé (EPS-US) », précise le département en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Par ailleurs, le département dit « mettre en garde contre toute création et ouverture d’établissement privé d’enseignement supérieur en violation de la réglementation en vigueur. De plus, il engage ses services concernés à mener une vaste campagne d’information et de sensibilisation des étudiants et de leurs parents sur les établissements habilités en République du Mali ».
D’ailleurs, signale le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, lors de ces examens, 50 faux diplômes ont été décelés.
« Conformément à la loi, ces cas seront transmis à la justice », prévient le département tout en assurant l’opinion publique de sa ferme volonté d’œuvrer à un « cadre d’enseignement assaini ».
Pour rappel, des candidats de ces 8 écoles privées de santé ont été exclus des examens de fin d’année 2022.

A Diamouténé 

Source: L’ Indicateur du Renouveau 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *