Inclusion sociale : c’est parti pour 8 nouveaux projets pour les « sans voix »

Dans le but de favoriser l’accès aux services de l’Etat par les personnes vivant avec un handicap et de procurer une meilleure condition de vie et de travail aux aide-ménagères, l’ONG Voice, en partenariat avec OXFAM, et avec un appui financier du Royaume des Pays-Bas, à hauteur de 6 millions FCFA, a procédé, hier jeudi 23 décembre 2021, au Mémorial Modibo Keita, au lancement de 8 nouveaux projets en leur faveur.

L’évènement était présidé par le représentant du ministère de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille, en présence des légitimités religieuses (musulmanes et chrétiennes) et des responsables de plusieurs projets de promotion des handicaps et des aide-ménagères.
Selon le Dr Youssouf Traoré, membre d’un des consortiums pour les activités du programme, l’objectif de ce nouveau projet lancé par l’ONG Voice est surtout d’améliorer la participation des personnes handicapées et de lutter contre la précarité des emplois informels.
« Dans cette situation, les personnes vivant avec handicaps n’ont pas les mêmes chances en matière d’emplois que les autres citoyens ainsi qu’au niveau des services offerts dans les domaines essentiels comme la santé, l’éducation, l’emploi, le logement, la sécurité ainsi que la participation aux activités des groupes sociaux et politiques, activité religieuse, l’accès aux installations publiques comme tous les citoyens », a-t-il déploré.
A travers ce programme, a-t-il souligné, il est question de favoriser l’accès aux services de santé reproductive des couches vulnérables pour la mise en œuvre des actions contre la discrimination sur la loi de la santé.
« C’est aussi équilibré le droit à la participation des femmes à la vie politique bien qu’il soit constaté que les personnes en situation d’handicap sont faiblement représentées dans les secteurs publics que privés ».
Ainsi, a précisé Dr Youssouf Traoré, ces projets vont s‘étaler sur deux ans et interviendront dans le District de Bamako et dans certaines régions comme Ségou, Koutiala et Sikasso.
Quant à Korotumu Dakouo, responsable de l’ONG Voice, elle a rappelé que ce programme Voice vise à renforcer les capacités de lobbying des organisations locales de la société civile en faveur des groupe cibles dans le but de faire entendre leur voix et défendre leurs droits.
« Pour atteindre ses objectifs, le Programme travaille avec trois groupes détendeurs de droit comme les handicapés, les femmes victimes des actes de violences et les personnes âgées vulnérables », a-t-elle révélé.
Le projet prend en compte les aide-ménagères
« C’est pourquoi le Programme a lancé trois appels qui sont « Equilibrons- Brisons le silence-Poussons » et les 8 projets présentés ont été subventionnés par Voice pour un montant de plus de six million et pour vint quatre mois. Voice s’engage avec les différents consortiums pour donner la voix à ces projets et permettre aux couches vulnérables d’accéder à leurs droits », a fait savoir Korotumu Dakouo.
Pour Antoine Akplogan, le président de la Coalition malienne pour les droits de l’enfant (COMADE) : « Dans ce nouveau projet, notre cible est les aide-ménagère. Nous sommes trois projets à savoir : GRADEM, SOLI/ AM à se donner la main pour soutenir les aide-ménagères pour qu’elles puissent participer aux décisions les concernant et qu’elles puissent être considérées dans la société et capables de faire face aux autorités pour dénoncer leur précarité pour qu’il y ait une solution durable à leurs problèmes ».
Pour sa part, Siaka Magassa, représentant du ministre de la Promotion de femme de l’enfant et de la famille, a soutenu que conscient des inégalités entre les hommes, le gouvernement du Mali a signé plusieurs engagements internationaux ; et il s’est également doté des textes de lois et des politiques nationales pour mettre fin à toute forme de discrimination.
Pour lui, ce programme Voice est un mécanisme de subvention innovant pour la diversité et l’inclusion.
« Il travaille avec trois groupes détendeurs de droits. Il soutient ces groupes dans leurs efforts pour exiger leur accès aux ressources productives qu’aux services sociaux de bases et leur participation à la vie publique. Pour ce faire, Voice passe par quatre types de subvention à savoir : influence ; autonomisation ; apprentissage et innovation ; opportunité soudaine », a-t-il expliqué.
M Magassa reconnait volontiers que les besoins des personnes handicapées sont faiblement pris en compte au niveau de l’égalité des chances, de la participation à la vie politique, et des violences basées sur le genre.
« Ces nouveaux projets arrivent à point nommé et vont appuyer le gouvernement pour ses efforts envers les groupes cibles », note le représentant du ministère de la femme.

Il faut noter que cette cérémonie de lancement a pris fin par la signature d’un document d’engagement par les différentes structures invitées pour attester leur engagement et soutien aux projets au moment de leurs exécutions.
A. Diamouténé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *