Mali/Sénégal : FIN DE LA REDDITION DES COMPTES SOLDÉE PAR LA SIGNATURE D’UN ACCORD DE PAIEMENT ENTRE L’INPS ET L’IPRES

 

L’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS) était l’hôte de son homologue du Sénégal, l’Institut de Prévoyance Retraite du Sénégal (IPRES) qui était en séjour au Mali pour des travaux de reddition des comptes. Les travaux ont débuté le 20 novembre 2022 pour se solder par la signature d’un accord de paiement entre les deux structures, le jeudi 1er décembre 2022.
À l’issue de cette signature, le Directeur Général de l’INPS, Monsieur Ousmane Karim COULIBALY a accordé une interview dans laquelle il a évoqué, d’entrée de propos, l’honneur que l’IPRES (représenté par le chef de mission, Saloum Ba) a fait à son Institut, à travers cette visite. Il a, ensuite, rappelé que l’INPS et l’IPRES sont liés par une convention qui date de 1997. En application donc de cette convention, les deux caisses ont une obligation de reddition, tous les deux ans. La dernière activité du genre, apprend-on du Directeur Général de l’Institut National de Prévoyance Sociale, remonte à 2018. À cette date, il était convenu que les sénégalais devraient faire le déplacement du Mali en 2020. Mais compte tenu de certaines circonstances exceptionnelles, la mission a été plus tard reportée en 2022.
À propos de la reddition proprement dite des comptes, le DG a relevé que lors des travaux, il n’y a pas eu de difficulté et s’est même félicité de leur bonne tenue. Il a estimé que « les comptes sont au vert et tout s’est bien passé avec des comptes très clairs, transparents, chacun ayant pleinement rempli sa part du contrat ».
M. COULIBALY d’indiquer que davantage d’accords entre les deux structures permettront certainement de résoudre le déplacement physique de nos compatriotes basés au Sénégal et des sénégalais qui résident au Mali pour toucher leurs droits.
Selon lui, lorsqu’un travailleur migre d’un pays à un autre, ses droits peuvent le suivre et il peut percevoir ses droits sur place.
« L’accord de paiement touche généralement deux aspects de prestation, notamment les pensions et les rentes », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que : « cela nous permet de faire des paiements, d’accorder des facilités de paiement à ces différents bénéficiaires qui n’auront plus à faire des déplacements d’un pays à l’autre. C’est une pratique que nous sommes en train de chercher à généraliser. Chaque fois que les Maliens ont des difficultés quelque part, nous avons mission d’aller les secourir et leur proposer des services pour qu’ils aient facilement leurs droits. C’est dans ce cadre que lorsque nous faisons des propositions à nos partenaires, chacun ayant les mêmes préoccupations, ils acceptent ». Il a, enfin, réitéré sa perception selon laquelle il pense que les caisses ont vocation à protéger et à faire en sorte que les travailleurs sortent de la précarité surtout ceux du troisième âge à qui il faut éviter le dénuement.
Le Directeur Général de l’INPS, M. Ousmane Karim COULIBALY n’a pas manqué de remercier tous les participants aux travaux de reddition des comptes et a formulé des vœux de succès au partenariat entre l’INPS et l’IPRES et de bon retour à la délégation de l’IPRES qui a séjourné au Mali.
Adama DIARRA, Service des Relations Publiques, INPS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *