Promotion des droits spécifiques de l’enfant : GRADEM outille 3 OSC des communes de Mountougoula, Tenindougou et Benena

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet intitulé : «Renforcement du transfert de compétences et de connaissances entre les organisations de la société civile pour un meilleur accès des enfants à leurs droits fondamentaux en milieu rural défavorisé au Mali» sur financement du BMZ en partenariat avec Kinderrechte Afrika, le Groupe de recherche action droit de l’enfant Mali (GRADEM) a organisé du mercredi 2 au jeudi 3 novembre 2022 à San un atelier de renforcement de capacité sur les droits spécifiques de l’enfant au profit de trois organisations de la société civile (OSC) : SOLI-AM, KABU WOLO et SENIWE.

 

La cérémonie d’ouverture était présidée par le sous-préfet de Kassorola représentant le préfet de San, Nouhoum Sangaré, en présence du directeur exécutif du GRADEM, Antoine Akplogan et du représentant du maire de la commune urbaine de San, Boubacar Toumagnon et du président régional de la Coalition malien pour les droits de l’enfant (COMADE) de San, Mamadou Coulibaly.

Selon le directeur exécutif du GRADEM, Antoine Akplogan, cette session de formation vise à renforcer les connaissances de 15 personnes des trois OSC partenaires du projet sur les droits spécifiques de l’enfant et les stratégies pour une meilleure protection des enfants. « Les droits spécifiques de l’enfant, sont des droits inscrits et reconnus dans la CDE, la CADBE et les textes nationaux (LPE, Constitution, etc.) non négligeable pour le plein épanouissement d’un enfant. En effet, la violation des droits spécifiques peut engendrer des problèmes de protection de l’enfant à savoir: l’humiliation, l’intimidation, les violences physiques, détresse psychologique, déscolarisation des enfants, perte/ manque de la documentation civile, difficulté d’accès aux services sociaux de base (absence d’infrastructures scolaires et manque d’accès à l’eau potable) Etc », a-t-il déclaré.
Et d’ajouter : « En cette période d’insécurité, de vie chère, de terrorisme, le personnel des trois OSC partenaires du projet ont besoin d’être outillés pour améliorer leur connaissance sur les problèmes et les stratégies à promouvoir pour une meilleure protection des enfants au sein de leurs communautés. Nous sommes tous interpellés parce que quand les enfants sont éduqués, c’est une chance pour le pays ».
Le sous-préfet de l’arrondissement de Kassorola, Nouhoum Sangaré s’est réjoui de l’organisation de cette formation. « Cet atelier est capital pour nous. Nous allons parler des droits de l’enfant qui représente l’épine dorsale de toute société et le futur de toute Nation. La place de l’enfant est à l’école. Grâce à ce genre de formation, nous avons l’espoir que nos enfants auront cette connaissance, qui pourra les aider à avancer dignement et honorablement », a-t-il indiqué.
A l’issue de la formation, certains participants ont exprimé leurs impressions :
Tati Camara, membre de KABU WOLO dans la commune de Tenindougou, « Cette formation m’a permis d’apprendre beaucoup de choses sur les droits spécifiques de l’enfant. Nous remercions GRADEM et ses partenaires pour cette belle initiative ».
Tandin Koné, membre de SENIWÈ de la commune de Benena : « Je suis très heureux d’avoir participé à cette formation. Cette formation est la suite d’autres ateliers. Nous avons échangé sur 9 droits spécifiques de l’enfant. Je peux affirmer que mes compétences ont été renforcées sur les droits spécifiques de l’enfant à l’issue de ces deux jours de formation ».
Nana Samaké, membre de SOLI-AM commune de Moutougoula : « J’ai appris beaucoup de choses sur les droits spécifiques des droits de l’enfant pendant ces deux jours. Nous allons faire la restitution auprès de nos communautés. Ce projet est très important pour la protection des droits de l’enfant dans notre pays. En moins d’une année, il nous a permis de comprendre beaucoup d’aspects de la protection de l’enfant. Nous remercions GRADEM et ses partenaires et les encourageons à continuer dans cette dynamique ».
Pour rappel : SOLI-AM, KABU WOLO et SENIWE sont des organisations de la société civile (OSC) partenaires du GRADEM dans la mise en œuvre du projet «Renforcement du transfert de compétences et de connaissances entre les organisations de la société civile pour un meilleur accès des enfants à leurs droits fondamentaux en milieu rural défavorisé au Mali» respectivement dans les communes de Mountougoula, (région de Koulikoro), de Tenindougou (région de Dioila) et de Benena, (région de San).

A Diamouténé

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *