Recrutement des contingents 2021 : Le Collectif des « victimes » réclame justice

Le Collectif des victimes des recrutements de la police, de la protection civile, contingents 2021 a organisé, le mercredi 13 avril 2022, une conférence de presse, dont l’objectif est de réclamer justice.

Le principal conférencier, Nango Sacko, président du Collectif des victimes des recrutements des contingents 2021 de la Police et de la Protection civile, a dénoncé des irrégularités au niveau desdits recrutements.
« J’ai postulé au recrutement au niveau du Commissariat des Armées dans la spécialité informatique. Le test était sur la maintenance informatique. Après le test, un responsable m’a appelé dans son bureau pour me dire : Sacko, c’est toi le meilleur, tout ce qui te reste à faire, c’est de t’entrainer physiquement. 5 jours plus tard, ils m’ont appelé pour la maintenance de certains ordinateurs de leur service et du camp de Sénou. Je suis resté à Sénou de 9H à 20h pour la maintenance des appareils. Mais quand la liste pour la visite médicale a été affichée, je n’ai pas été retenu. Ce que je ne comprends pas. Est-ce que le meilleur d’un test ne doit pas être retenu ? », s’interroge-t-il.

Nous faisons confiance aux autorités de la Transition, affirme Nango Sacko, pour nous mettre dans « nos droits car nous sommes des victimes d’une injustice dans le processus de recrutement des contingents 2021 dans les différents corps ».

Le vice-président du collectif, Oumar Traoré, interpelle les plus hautes autorités face à cette situation. « Nous interpellons le président de la Transition, colonel Assimi Goita, face à cette injustice que nous subissons. Assimi Goita a montré les preuves de son amour pour ce pays et l’injustice ne doit pas avoir sa place dans le Malikoura prôné par les autorités de la transition ».
Selon Alhousseni Camara, membre du Collectif, « à Koulikoro, des can sadidats qui ont échoué aux épreuves écrites, se sont retrouvés sur la liste des admis au concours de la Protection civile. Sur la liste des candidats retenus pour les épreuves écrites dans le corps des sapeurs de rang généralistes dans le centre de Koulikoro, il n’avait pas le numéro 0001. Il avait échoué à l’épreuve précédente. Mais sur la liste du résultat définitif, ce même numéro (0001) figure. Cette injustice est flagrante ».

Source: L’ Indicateur du Renouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *